Comment prioriser les tâches pour optimiser votre référencement ?

prioriser taches optimiser seo

Par où commencer ? Quelles étapes suivre ? Dois-je traiter en priorité l’urgent ou l’important ? Toutes ces questions si souvent posées reviennent à se demander : comment prioriser les tâches SEO pour optimiser le référencement de sa société ? Alors, pour vous aider dans l’optimisation SEO de votre site web, nous vous proposons aujourd’hui de découvrir une méthode simple et efficace.

Ancienne méthode de priorisation

Nous sommes nombreux à connaître la matrice d’Eisenhower qui permet de répartir les tâches selon leur urgence et leur importance. Cet outil, imaginé par le 34ième président des Etats-Unis et parfois – à tort – attribué à l’auteur Stephen Covey, a changé la vie de tous les stagiaires que nous étions.

prioriser taches optimiser referencement
Matrice d’Eisenhower pour prioriser les tâches de votre référencement

Pour ceux qui ne connaîtraient pas cette matrice, il s’agit de répartir l’ensemble de vos tâches selon leur urgence et leur importance. Une fois cela fait, vous traitez les tâches dans l’ordre suivant :

  1. Faites ce qui est « important et urgent ».
  2. Planifiez ce qui est « important mais pas urgent ».
  3. Déléguez ou reportez ce qui est « urgent mais pas important ».
  4. Eliminez de votre todo list ce qui n’est « ni important, ni urgent ».

Vous verrez, cette technique est terriblement efficace pour sortir la tête de l’eau quand on est ensevelit par les tâches et que l’on ne sait plus par où commencer. Mais elle connait ses limites et c’est pourquoi nous allons vous présenter une alternative.

Nouvelle méthode pour prioriser les tâches afin d’optimiser son référencement

Cette méthode se décompose en 5 étapes distinctes et complémentaires qui peuvent fonctionner à la manière d’un cercle vertueux. En effet, après l’étape 5 on peut adopter une démarche empirique et revenir à la première pour reprendre le processus d’optimisation.

  1. Fixer des objectifs spécifiques
  2. Distinguer les pages de conversion 
  3. Identifier les opportunités d’amélioration
  4. Planifier selon 3 critères
  5. Auditer et rapporter

1. Fixer des objectifs spécifiques

Dès le début de votre processus de priorisation, gardez en tête le ou les objectifs finaux. Optimiser pour optimiser ne sert à rien. C’est comme si vous construisiez une maison sans savoir combien de chambres seront nécessaire ou quelle couleur plaira à ses occupants. Il vous faut donc, dès le début, définir des objectifs clairs et précis. C’est la première étape !

Pour définir ces objectifs, veillez à ce qu’ils répondent aux trois caractéristiques suivantes :

Quantifiable

Vous devrez pouvoir mesurer le succès – ou l’échec – de votre optimisation. Il faut donc que vos objectifs soient quantifiables. Voici quelques exemples d’objectifs quantifiables :

  • Augmenter mon trafic de 15% trois mois après la fin de l’optimisation.
  • Positionner les pages a, b et c en première page de résultats Google sur les mots-clés x, y et z.
  • Avoir 10% de leads commerciaux en plus à partir du mois de janvier.

Soyez précis

Comme vous avez pu le voir dans les exemples précédents, vos objectifs doivent être spécifiques et précis. Ne vous noyez pas dans un jargon ni dans des notions vagues et/ou floues. Il en va de la réussite de votre projet.

Communiquez ces objectifs

Il est démontré que de communiquer sur vos objectifs est un moteur à leur atteinte. D’ailleurs, de nombreux marketeurs et référenceurs communiquent sur des objectifs très ambitieux, ce qui leur permet d’atteindre de très bons résultats, à minima.

2. Distinguer les pages de conversion

En seconde étape de votre processus pour prioriser les tâches afin d’optimiser votre référencement, il convient d’identifier vos principales pages de conversion. Pour cela, il existe différentes méthodes mais la plus simple et la plus efficace reste d’étudier le flux de comportement. Nous prendrons ici en exemple les données issues de Google Analytics.

Flux de comportement sur Google Analytics – Source : Archimag

Grâce à cet outil, vous pourrez très facilement et rapidement identifier vos principales pages de conversion. Afin de confirmer vos résultats, prenez le temps de regarder les résultats des objectifs en chemin inversé. Vous devriez retrouver les mêmes pages.

Bien entendu, que ce soit sur Google Analytics ou un autre outil de mesure statistique, vous pouvez paramétrer un tableau spécifique qui remontera immédiatement cette donnée et la tiendra à jour selon les évolutions du trafic sur votre site web.

Une fois ces principales pages de conversion identifiées, notez les pour ensuite soit les optimiser, soit vous en inspirer pour optimiser celles qui ne convertissent pas et pourtant le devraient.

3. Identifier les opportunités d’amélioration

Maintenant munissez-vous d’un outil d’audit, qu’il s’agisse de votre fichier perso ou d’un outil générique. Chez Meri Digital, on utilise souvent une checklist maison qui nous permet d’identifier rapidement les points à optimiser et ceux qui restent à faire. C’est très utile quand on fait un premier audit pour un nouveau client mais aussi pour vérifier le livrable (et les éventuels oublis) avant d’envoyer les résultats aux clients.

En ce qui concerne les outils génériques, de nombreuses solutions sont disponibles et la plus connue est certainement Screaming Frog. Cette dernière présente l’avantage d’être gratuite jusqu’à 500 pages, pratique pour les petits sites web ! Sinon, dirigez-vous vers la version payante ou d’autres outils comme Raven, DeepCrawl ou Moz Pro. Notez enfin que ces derniers sont équipés d’un système d’alerte qui vous notifiera tout nouveau problème sans que vous ayez à lancer un nouvel audit.

Une fois toutes les erreurs et opportunités identifiées et listées, faites le tri avant de passez à l’étape suivante. En effet, de nombreuses erreurs sont intentionnelles, comme définir certaines pages en « noindex ». Veillez donc à ne pas y apporter de modification lors de votre processus pour prioriser l’optimisation de votre référencement.

4. Planifier selon 3 critères

Pour résumer, vous avez maintenant :

  • Des objectifs précis, quantifiables et notoires
  • Une liste de vos meilleures pages de conversion (et des pires)
  • Une liste des erreurs et opportunités SEO de votre site web

Vous allez maintenant répartir ces éléments dans un tableau selon trois critères :

  • Bénéfice
  • Durée
  • Facilité

Mais gardez toujours à l’esprit que chacun de ces trois critères est relatif à votre ou vos objectif(s).

Bénéfice

Il s’agit ici de rationaliser le bénéfice de votre tâche par rapport à votre objectif. Dans ce contexte, est-ce que le bénéfice est immédiat ? S’inscrit-il sur la durée ? Est-il important ? Utilisez toutes ces informations pour prioriser vos tâches SEO selon ce premier critère.

Durée

Puis intéressez-vous à la temporalité de chacune de vos tâches. Est-ce que la tâche z nécessite une courte ou une longue implication ? Cette implication ne concerne t’elle que vous ou d’autres intervenants devront y participer et alors, quelle sera la durée de leur côté. Dans ce dernier cas de figure – souvent fréquent – assurez-vous de leur disponibilité.

En effet, il arrive très souvent qu’une tâche soit prioritaire pour vous mais pas pour les équipes de développement. Il ne sert alors à rien de concentrer tous vos efforts sur quelque chose qui ne sera traité que dans 6 à 12 mois.

Facilité

Dernier paramètre : la facilité des tâches où vous pourrez identifier les « quick win » (en français les succès faciles). Grâce à cette nouvelle répartition des tâches vous êtes maintenant à même de décider s’il est plus important de traiter en priorité une tâche complexe mais au bénéfice important ou une facile facile au bénéfice faible mais immédiat.

5. Auditer et rapporter

Bien entendu, avant d’auditer vos actions, il s’agit pour vous de planifier vos tâches au regard des informations précédemment récoltées. Répartissez-les par jour et semaines, attribuez-leur des codes couleur, identifiez les intervenants, définissez des échéances et des indicateurs de succès.

Puis auditez vos résultats et voyez si vous avez atteint vos objectifs ou pas. Grâce à votre reporting, vous pourrez très facilement identifier vos succès comme vos échecs. A ce stade, il est crucial de chercher à comprendre les raisons de vos succès comme celles qui ont mené à vos échecs. Grâce à votre tableau de bord vous pourrez désormais tirer de précieux enseignements.