Publié le 30/06/2020|Catégorie : Référencement - SEO|

Les pénalités Google, c’est un peu le grand méchant loup du web dont le seul nom suffit à faire frémir de peur les marketeurs digitaux. Pourtant, il n’y a pas de raison d’en subir les conséquences si l’on référence son site dans les règles de l’art (i.e. les règles de Google). Pour vous aider à les éviter, nous vous expliquons dans cet article ce que vous devez savoir sur les pénalités Google.

Comprendre les pénalités Google

Pour comprendre les pénalités Google, il faut avant tout comprendre comment fonctionne un moteur de recherche. Car au final, les pénalités ne sont que la conséquence de son mode de fonctionnement qui lui-même vient servir son objectif principal : fournir les résultats les plus pertinents possibles aux recherches des internautes.

Pour y parvenir, Google et les autres moteurs de recherche vont avoir recours à un programme informatique qu’on appelle un « algorithme ». Ce dernier va passer des millions de réponses au crible de critères préalablement définis afin de ne lister que les meilleures dans ses résultats.

pénalité google panda penguin

A la création de Google en 1998, cet algorithme était assez basique. Puis, il a évolué avec des mises à jour appelées « core updates », en français les mises à jour du cœur de l’algorithme. Certaines sont plus connues que d’autres comme Google Panda et Google Penguin.

Pénalité manuelle VS pénalité algorithmique

A proprement parler, seules les pénalités manuelles sont directement infligées par un employé de Google, qu’on appelle un « quality rater ». Les pénalités algorithmiques sont quant à elles la conséquence de lacunes ou erreurs présentes sur votre site web ou en lien direct avec celui-ci.

Liste des pénalités manuelles de Google

A date, on compte 12 pénalités manuelles qu’un site web peut subir :

  • Spam généré par l’utilisateur.
  • Hébergeur gratuit associé à du spam.
  • Problème lié aux données structurées.
  • Liens artificiels vers votre site.
  • Liens artificiels sur votre site.
  • Contenu peu informatif qui ne présente que peu ou pas d’intérêt.
  • Techniques de dissimulation (cloaking) ou redirections trompeuses.
  • Spam agressif.
  • Images dissimulées (cloaking).
  • Texte caché ou accumulation de mots clés.
  • Non-correspondance du contenu AMP.
  • Redirections trompeuses sur mobile.

Source : Google

Ces pénalités, toujours attribuées par un humain, sont appelées par Google « actions manuelles ». Et c’est justement sous l’onglet « Actions manuelles » de votre Google Search Console que vous pourrez savoir si votre site Internet a été sanctionné d’une pénalité manuelle ou pas.

pénalité manuelle de Google

Pénalité Google Panda

Lancé le 24 février 2011, Google Panda est un filtre de l’algorithme principal qui a pour objectif de lutter contre les sites au contenu de mauvaise qualité. Il a par la suite été régulièrement mis à jour afin d’affiner son effet sur les résultats de recherche, on parle d’ailleurs de « filtre nettoyeur ».

Les pénalités Panda vont donc cibler les sites dont le contenu est de faible ou mauvaise qualité. Parmi ceux-ci, on peut citer les fermes de contenu, les agrégateurs ou même les comparateurs. Sur l’ensemble de ces sites, et d’autres, on va retrouver des techniques proscrites :

  • Scraping (duplicate content) : contenu copié/collé pour tout ou partie depuis un autre site.
  • Content spinning : contenu généré automatiquement et aléatoirement.
  • Cloaking : contenu différent pour les internautes et les robots des moteurs de recherche.
  • IP delivery : technique consistant à contextualiser le contenu affiché selon l’IP utilisée.
  • Sur-optimisation par mot clé (keyword stuffing) : bourrage de mots clés d’une page, que ce soit dans les données, métadonnées ou images.
  • Pages satellites (doorway pages)  : pages externes redirigeant toutes vers un même site.
  • Pages mortes : important volume de pages en erreur d’indexation (= site à l’abandon).

Comment éviter une pénalité Google Panda ?

L’ensemble de ces techniques, qui relèvent de ce qu’on appelle le « black hat SEO » , sont absolument proscrites par Google. Si votre site y a recours, alors vous subirez probablement un déclassement dû au filtre Panda ou, pire, un blacklistage. Pour éviter cela, assurez-vous de suivre ces quelques conseils prodigués par Matt Cutts de l’équipe Google Webmasters.

Pénalité Google Penguin

Google Penguin est quant à lui un filtre qui a été officiellement lancé le 24 avril 2012. Celui-ci s’intéresse aux liens et sanctionne donc les pratiques abusives en la matière. Sa pénalité va porter sur les techniques de référencement suivantes :

  • Backlinks sponsorisés : achat/vente de liens d’un site vers un autre.
  • Liens artificiels : le plus souvent lors d’échange de liens peu naturels.
  • Ancres sur-optimisées : lorsqu’une quantité peu naturelle d’ancres portent sur des mots clés.
  • Liens cachés : technique similaire au cloaking mais avec insertion de liens.
  • Sur-optimisation du footer : quantité disproportionnée de liens sur tous les bas de page.

Comment éviter une pénalité Google Penguin ?

Pour éviter de subir une pénalité Google Penguin, il suffit pourtant de respecter quelques règles dictées par Google (et le bon sens commun). D’une manière générale, toute technique peu naturelle est à éviter et des améliorations simples suffisent souvent comme nous vous l’expliquons au travers de nos conseils pour optimiser son site au référencement.

1. N’achetez pas vos liens externes (backlinks) et évitez les réseaux de blogs privés (PBN pour Private Blog Network).

2. Evitez la création de backlinks sur des sites dont la thématique n’est pas en rapport avec celle de votre site Internet.

3. Ne cherchez pas à sur-optimiser toutes les ancres de vos liens externes. Si l’on prend l’exemple de notre agence, voici ce que pourrait être la répartition de nos ancres :

– Meri Digital
– Agence SEO
– Agence de référencement
– Cliquez ici
– En savoir plus
– www.meridigital.com
– https://www.meridigital.com

4. Ne masquez pas vos liens, ni vos backlinks. Le robot d’indexation de Google lit le code source des sites Internet et détecte de suite lorsqu’un lien est, par exemple, en blanc sur fond blanc.

5. Une sur-optimisation de votre footer peut vous exposer à une sanction Penguin mais aussi déconstruire votre architecture en silos sémantiques. Veillez donc à ne lier que les pages importantes, le plus souvent celles de premier niveau. A ce propos, si vous devez obfusquer des liens, c’est très certainement que votre maillage interne a été initialement mal conçu.

Autres pénalités algorithmiques

Si les deux pénalités algorithmiques que nous venons de citer sont les plus connues, il en existe bien d’autres. La pénalité Google Fred cible par exemple les sites avec trop de publicité ou des liens d’affiliation de mauvaise qualité (voire spammeurs). Il va employer différentes ressources pour y parvenir comme calculer le ratio contenu/pub sur les pages du site concerné.

Après les mammifères, il y a les oiseaux avec Google Colibri (Hummingbird) qui vise à améliorer la pertinence des résultats sur la longue traîne ainsi que Google Pigeon qui va quant à lui optimiser les résultats des recherches locales, ce qui a amené les référenceurs à repenser leur stratégie.

Enfin, BERT est la dernière mise à jour majeure de Google dont la mise en ligne s’est réalisée en 2019. Cet acronyme qui signifie « Bidirectional Encoder Representations from Transformers » désigne une véritable révolution puisqu’il s’agit désormais d’introduire de l’intelligence artificielle et du machine learning dans les comportements de l’algorithme de Google.

Comment savoir si son site est pénalisé par Google ?

Si votre site web fait l’objet d’une pénalité manuelle de la part d’un employé de la firme de Mountain View, alors vous en serez averti par message à travers votre Search Console comme nous avons pu vous l’expliquer plus haut dans cet article.

En revanche, les pénalités algorithmiques comme celles liées à Panda, Fred ou BERT sont plus difficiles à identifier. Le plus souvent, vous constaterez une chute de votre trafic due à des pertes de positions. Commencez par écarter deux explications avant de vous affoler : est-ce que ce n’est pas un concurrent qui est passé devant et n’est-ce pas lié à un effet de saisonnalité ?

Si la réponse est négative à ces questions, alors prenez rapidement contact avec votre agence SEO pour qu’elle vous fournisse un diagnostic précis ainsi qu’une proposition d’intervention.

Comment sortir d’une pénalité Google ?

Grâce à cet article, nous espérons que vous avez désormais une meilleure compréhension des pénalités Google et de leur mode de fonctionnement. Ainsi, pour sortir d’une pénalité il s’agit tout simplement de corriger le problème qui en est la source. Que celui-ci soit lié à vos liens, la qualité des contenus ou la technique de référencement Google employée, il y a toujours une solution.

Mais ayez conscience que lorsqu’un site fait l’objet d’une pénalité Google, c’est souvent que le problème est d’une plus grande ampleur car celles-ci sont somme toutes assez rares. Alors profitez de cette occasion pour faire un grand nettoyage et mettre votre site en conformité. Vos performances n’en seront que meilleures, ainsi que votre sommeil !